Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash



Annuaire gratuit Compare le Net Référencement gratuit dans 		Vitavous.com
MONBERT - LE BROUILH Vous apprécierez le village pour son calme, son vaste panorama sur la Baïse, les collines et la vue sur les Pyrénées par temps clair. Situé au croisement de la D939 et de la D174, Le Brouilh-Monbert se situe à 15 km d’Auch et 13 km de Vic-Fezensac. Les deux communes ont fusionné en 1981. Le Brouilh se trouve sur la rive gauche de la Baïse, tandis que Monbert occupe un promontoire escarpé sur la rive droite. Le Brouilh provient du nom gascon « brolh » qui signifie « taillis » tandis que Monbert signifie tout simplement « Mont Vert ». (Rubriques) 1. Présentation : - Patrimoine Historique : Monbert, petit village fondé à une date inconnue, a été échangé avec un certain Raymond Buffa contre un cheval par les Comtes de Fezensac. Vers 1060, il est restitué à Ste-Marie d’Auch. C’est un Castelnau qui comportait un château, une église, un village, une enceinte et une tour-porte. Du château, peut-être du XIIe - XIIIe siècles, il ne reste rien. Seul un puits au nord-ouest, qui pou vait se trouver dans la basse-cour du château, peut indiquer son emplacement primitif. La fondation SILOE, créée par Sœur Marie Marcel, a reçu le prix «Fondation des Pays de France » pour son œuvre de restauration et son action humanitaire pour la sauvegarde de personnes en danger physique et moral. Aujourd’hui, sur ce site, l’Association gère des gîtes, restaurés au sein du Castelnau. L’église St-Laurent : L’Eglise St-Laurent, dont l’existence est attestée en 1383, n’est pas exactement orientée, car son chevet devait être appuyé sur le rempart. Son clocher carré dont la restauration remonte à 1873, porte une pierre encastrée et datée de 1630. La base du clocher comprend deux parties : l’une sert de porche, l’autre de chapelle. Cette dernière était réservée aux Capots (lépreux) habitant au hameau voisin, le Pouchot. Sous le porche, l’église conserve encore le souvenir des journées révolutionnaires et de la Convention. On peut lire l’inscription suivante : « Le peuple - françois - reconnaît - l’être suprême - et l’immortalité de l’âme », datant de 1794 , et qui instituait le culte à l’Etre Suprême et à la Nature. L’abside est percée en son centre d’un oculus. Le Castelnau : Actuellement, les maisons sont disposées autour du Castelnau, adossées au rempart. La plupart sont restaurées aujourd’hui par l’Association SILOE. Il devait exister des maisons au centre de l’enceinte actuelle. La population était de 400 âmes au XVIIe siècle. C’est après la guerre de 14 que la désertion du village s’est opérée : 188 habitants en 1934, 70 en 1937. En 1974, lorsque SILOE prend possession des lieux, il ne reste qu’un seul habitant. L’Enceinte : L’Enceinte, restaurée face nord, a totalement disparu au sud-est où on peut remarquer des arrachements sur les faces latérales de la tour-porte. Au sud-ouest, on peut suivre le rempart sur 58 mètres, d’une hauteur variant de 3 à 4 mètres. On peut encore voir des traces des fossés dont l’abreuvoir semble être un vestige. La Tour-porte : Elle commandait l’entrée du Castelnau. Mesurant 18 à 19 mètres, sa partie supérieure est é crêtée. Le rez-de-chaussée est percé de deux portes en arc brisé, murées. Dotée de quatre étages, de plan carré, elle semble n’avoir eu qu’une fonction de guet. Le Hameau du Pouchot : Il est situé à 300 mètres du village sur une crête, et servait de résidence aux capots ou cagots. Tous charpentiers (le bois ne transmettait pas la lèpre !), ils vivaient là une dure ségrégation. Ils n’étaient admis ni aux charges consulaires, ni aux assemblées publiques, ni aux confréries, n’étaient enterrés ni dans l’église ni dans le cimetière. - l’Association Siloé : Perché sur les hauteurs du Brouilh, du haut de sa tour, Monbert veille sur la Baïse qui coule paisiblement à flanc de colline. « Il faut donner du temps au temps… » et c’est vrai que depuis plus de 70 ans, il s’en est passé dans cet hameau de village qui a compté à lui seul plus de 200 habitants. Cela, c’était avant-guerre… Puis dans les années 40, victime comme beaucoup d’autres de l’exode rural, Monbert s’est vidé de ses habitants et est devenu un village déserté tombant en ruines... ... jusqu’en 1974, il y a 35 maintenant… Sœur Marie Marcelle (Mado Boulanger), alors enseignante et directrice d’une école à Auch, a longtemps cherché où installer le centre d’accueil qu’elle voulait créer. Le hasard voulu qu’une de ses anciennes élèves l’amène à Monbert. Ce fut le coup de foudre : « c’est là ! » s’écria-t-elle, comblée par la beauté et le silence du lieu. Elle créa alors l’Association Siloé, racheta les quelques bâtisses délabrées dont plus personne ne voulait. Le hameau est minuscule, seulement sept ou huit maisons serrées autour d’une place où trônait fièrement l’arbre de la liberté, souvenir des années révolutionnaires de 1848. Ici allait commencer un nouveau projet, avec cette initiative : arracher un village à la mort, redresser les murs qui allaient s’écrouler, créer une animation permanente dans le hameau en y installant un centre d’accueil, un havre de paix et de liberté pour accueillir les jeunes, les malades, les plus déshérités. L’Association Siloé, menée par Sœur Mado, luttera alors avec des moyens de fortune pour relever le hameau de ses ruines. Des volontaires, des groupes de jeunes, des gens de passage, des voisins, des amis, des religieux, même des militaires, se succèderont, maniant la pelle ou la pioche, affrontant courageusement le manque de moyens. Ils veulent faire revivre le village pour tous ceux qui sentent le besoin d’arrêter leurs pas, de jeter un regard en arrière sur le chemin parcouru, pour tous ceux pour qui la communication avec les autres constitue l’ultime remède. Grâce aux subventions, aux dons, à l’obstination de Mado, son total dévouement et son courage, grâce à tous ces « amoureux » de Monbert, à leur vaillance, leur don de soi, leur goût des belles choses, le village, tout en respectant l'histoire du lieu, va devenir petit à petit ce qu’il est aujourd’hui. 1982 : « Fondation des pays de France » : 1er prix départemental et 5ème prix sur le plan national. 1986 : 5ème prix pour chef d’œuvre en péril » avec le passage d’Antenne 2. 2. Les gîtes et les salles : Ils sont tous situés autour de la place du village et mitoyens. Beau cadre fleuri, belle vue sur la vallée de la Baïse et les collines environnantes, parking commun à côté de la tour, terrain à l’arrière des locations. - Menier : 8 personnes RdC : séjour/salle à manger – cheminée – cuisine – lave-vaisselle – lave-linge –Prise TV Etage : 3 chambres 2 lits 90 – 1 chambre 1 lit 140 – 1 WC indépendant – 1 salle de bain (baignoire) – 1 douche - chauffage gaz - Glycines : 15 personnes – accès handicapés RdC : séjour/salle à manger – cheminée – cuisine – lave vaisselle – lave-linge – 1 chambre 2 lits 90 – 1 chambre 1 lit 90 – 1 WC indépendant – 1 salle d’eau avec douche et WC Etage : 6 chambres 12 lits 90 . - St Joseph : 15 personnes RdC : salle à manger – cheminée – cuisine – lave-vaisselle – lave linge – 1 chambre – douches et WCs Etage : 6 chambres 15 lits 90 - Bergerie : 70 m² - St Laurent : 65 m² 3. La région : Le Gers : Département du Sud-Ouest de la France, le Gers est situé dans la Région Midi-Pyrénées. Superficie : 6 257 km2 ; population : environ 190 000 habitants en 2009 ; densité de population : 33 habitants / km². Le Gers correspond à la région historique de l’Armagnac, composé de collines qui s’élèvent du nord (200 m) au sud (600 m), où s’étend le rebord du plateau de Lannemezan. La région est entaillée par un important réseau hydrographique. De nombreux affluents ou sous-affluents de la Garonne (Gélise, Osse, Baïse, Gers, Arrats, Gimone, Gesse) le drainent du sud vers le nord, tandis que ceux de l’Adour (Douze, Midouze, Arros et Adour supérieure) traversent sa partie occidentale. Le chef-lieu de ce département rural est Auch. Il est rattaché à l’académie de Toulouse et à l’évêché d’Auch. Le Gers est une région agricole diversifiée, spécialisée notamment dans la production de céréales (blé à l’extrémité occidentale de la Lomagne et dans le haut Armagnac), dans l’élevage de volailles (Samatan et Lombez), de bovins et dans la viticulture. À l’ouest de la Baïse s’étendent les vignobles du bas-Armagnac qui produisent la célèbre eau-de-vie d’Armagnac. La région est réputée pour sa production de foie gras. L’élevage de chevaux et de porcs s’est aussi développé autour de Mélian dans l’Astarrac. Il existe aussi quelques industries diversifiées. Une jolie visite du Gers : Le département est riche en villages, petites villes, châteaux et monuments religieux à visiter, tout en suivant les petites routes au milieu des collines verdoyantes… Auch : cathédrale, escalier monumental, pousterles. Mirande : célèbre pour son festival de country music au mois de juillet, est une bastide gersoise fondée au 13ème siècle : place à arcades, église Ste Marie. Bassoues : (halle couverte, église, donjon) Peyrusse : une des plus anciennes églises romanes du Sud-Ouest. Chapelle et sa fontaine à 300m du village. Lupiac : village natal de d'Artagnan, un des plus anciens castelnaux du Gers. Base de loisirs au lac. Séviac : fouilles de la villa gallo-romaine du 4ème siècle après JC. Plus de 400m² de mosaïques superbement conservées et qui constituent un ensemble unique en France. Larressingle : "La Carcassonne du Gers" : église romane, château donjon. Bâtie au 13ème siècle, les évêques de Condom y résidèrent jusqu'au 16ème. Castet-Arrouy : église du 16ème : joyau de l'art religieux et véritable chef-d'œuvre de décoration. La Romieu : imposante collégiale et cloître. Légende des chats. Miradoux : plus ancienne bastide du Gers construite sur un promontoire fortifié, située sur la route de St Jacques de Compostelle. Eglise et Halle du 15ème. Flamarens : château du 13ème. St Clar : deux places à cornières, halles sur piliers de bois. Fleurance : bastide crée en 1274, imposante église gothique, halle et statues fontaine. Valence sur Baïse (Abbaye de Flaran) : nombreuses collections (peinture, sculpture), concerts. Lieu culturel. Et encore bien d’autres lieux à voir : Condom - Montesquiou - Eauze - Montréal du Gers – Fourcès – Montaux-les-créneaux… etc… Le Gers Jacquaire : Les chemins de Compostelle passent à Barran et l’Isle de Noé. Une variante est possible et passe par Monbert. 4. Les loisirs : - Promenades : Monbert est situé sur le parcours de St-Jacques de Compostelle. Quelques chemins vous permettront, au départ du village, de vous promener à travers champs. - Tourisme : A deux pas de Monbert, les villages de Biran – Ordan-Laroque – Barran – Bazian – Bassoues… , le petit Pont de Mazères et ses arches… - Baignades : Dans le Gers, il fait chaud et l'on peut, sans problème, se baigner dès le mois de Mai jusqu'à fin septembre : à deux pas de Mirande, le complexe LUDINA (domaine aqualudique Tél : 05 62 66 50 13). Les lacs des alentours : Marciac – Mirande – Miélan – Aignan – Lupiac - Castéra-Verduzan et le très grand bassin circulaire de Gondrin. - Promenades en gabarre à Valence-sur-Baïse et Condom. - Pêche dans les lacs. - S’amuser : Condom : Festival international de bandas (début Mai) Eauze : Festival de la bande dessinée (1°quinzaine d’Août) Fleurance : Cuivre Folies (3°weekend de Juillet et Festival du ciel et de l’espace (1°quinzaine d’Août)) Marciac : Jazz in Marciac (1°quinzaine d’Août) Mirande : Festival de Country Music (mi-Juillet) Nogaro : Grand prix Auto-Moto (2°quinzaine de Septembre) Sarrant : Festival Médiéval (1°quinzaine d’Août) Vic Fezensac : Féria de Pentecôte et Festival Tempo Latino (fin Juillet) Marchés nocturnes : très nombreux dont celui de Vic-Fezensac (juillet et août – 2 soirs par mois). Vide-greniers tout l'été. Vous trouverez toutes commodités et alimentation à Vic-Fezensac et Auch, à 15 kms. Gastronomie : beaucoup de fermes auberges - produits du terroir. Nombreux producteurs d'Argagnac, de vin, de foies-gras et confits. Médecins à Barran, Vic-Fezensac, Auch Pharmacies à Jegun, Montesquiou, Vic-Fezensac et Auch Centre Hospitalier à Auch Carburants à St-Jean-Poutge, Vic-Fezensac et Auch Boulangerie à l'Isle-de-Noé, Ordan Larroque Dépôts de pain : Le Brouilh, St-Jean-Poutge, Barran 5. Tarifs : TARIFS POUR 2009/2010 Haute saison (du 15/06 au 15/09) Moyenne saison (du 16/09 au 30/10 et du 01/04 au 14/06) Basse saison Du 01/11 au 31/03) MAISONS : prix semaine MENIER (8 personnes) 610 € 410 € 310 € Chauffage en plus/jour 15€ Chauffage en plus/jour 15€ GLYCINES (15 personnes) 1100 € 770 € 570 € Chauffage en plus/jour 26€ Chauffage en plus/jour 26€ ST JOSEPH (15 personnes) 1100 € 770 € Chauffage en plus/jour 26 € 570 € Chauffage en plus/jour 26 € SALLES : prix par jour BERGERIE 75 € 75 € 75 € Chauffage en plus/jour 25 € Chauffage en plus/jour 25 € ST LAURENT 75 € 75 € 75 € Chauffage en plus/jour 25 € Chauffage en plus/jour 25 € Un acompte de 30 % sera versé à la réservation, le solde étant payable à l’arrivée sur les lieux. Un chèque de caution de 250 € sera demandé. Il sera restitué dans la semaine suivant le départ du locataire si aucun dommage n’est à déplorer. Nous demandons aux locataires de laisser l’appartement rangé et nettoyé, tel qu’il était à l’arrivée. Le cas échéant, une participation de 40 € sera demandée. Le paiement des charges et du chauffage se fera sur place, avant le départ. Heure d’arrivée : le samedi à partir de 16H00 – Heure de départ : le samedi suivant avant 10H30. 6. Contacts Réservation : Les réservations se font par téléphone au : Tél. : 06.99.36.89.40 ou 05.57.51.34.62 (Heure repas) ou par mail reservation@monbert.fr Aller à Monbert Localisation : Le Brouilh-Monbert Région : Midi-Pyrénées Département : Gers Région touristique : Armagnac Sur la route d’Auch à Aire-sur-Adour, tourner à St-Jean-Poutge, direction Mirande. Passer le village de Le Brouilh, puis après avoir franchi le pont de la Baïse, tourner à gauche. Monter jusqu’au village.